Kolossal Dortmund ?

14 mars 2016

Actu, Fond

 À seulement 5 points des Bavarois à 8 journées de la fin, les jaunes et noirs revivent en cette saison, après une saison galère. Ils sont les seuls à tenir le rythme du Bayern.

Auf Wieder Sehen Jürgen

La saison dernière fut longue pour le BVB. La sauce Klopp ne prenait plus et c’est logiquement qu’il décide de partir en fin de saison ; pour finalement entraîner Liverpool a.k.a le « club boulet  » de ces dernières années, mais dont l’image lui colle parfaitement.

Le renouveau est arrivé par le nouvel entraîneur, Thomas Tuchel, ancien de Mayence tout comme tonton Jürgen. Premier changement, Tuchel pose un 4-3-3, qui nous fait oublier le 4-2-3-1 de Klopp. L’entraîneur allemand s’appuie sur 3 milieux travailleurs sachant également distribuer des ballons ; et sur 3 attaquants supersoniques et très techniques.

Tuchel a renouvelé le jeu vers l’avant à la Dortmund, comme on l’aime, avec des ballons relancés très vite sur les attaquants permettant de se projeter très vite vers le but adverse. Il favorise le jeu avec très peu de touches de balles, ce qui amène une fluidité extraordinaire au jeu du Borussia (meilleure attaque de Bundesliga à égalité avec le Bayern).

Joueurs revenus à leur niveau + Joueurs en progression = Kartoffel

A contrario du changement d’entraîneur, la situation du club l’année passée n’a bizarrement pas eu le même effet « renouvellement » sur les joueurs. L’effectif est en effet resté le même à quelques exceptions près (#Grosskreutz #KebabLover), la faute aussi à des cadres pas au meilleur de leur forme, ce qui peut expliquer la saison 2014-2015 catastrophique dont ils ont fait preuve.

Si le projet de jeu ambitieux de Tuchel fonctionne, c’est aussi parce que ses joueurs sont au diapason. On pourrait parler de la charnière Sokratis Papasthatopoulos – Hummels accompagnée du nouveau gardien Bürki, qui fonctionne bien, mais l’intérêt n’est pas là. On pourrait également évoquer le milieu de terrain ultra complet, avec les Bender, Weigl, Gündogan et même Castro et Durm qui tournent sur les 3 postes.

Mais jouons la plutôt « mec de l’arrêt de bus qui a un bas de survet’ Schalke 04 et un maillot du BVB floqué Aubam’ », parce que « tu comprends, j’ai toujours supporté le Gabon perso ».

L’intérêt à Dortmund cette année se situe donc principalement à l’avant avec le trio Mkhitaryan – Aubameyang – Reus. L’arménien et l’allemand ont retrouvé des jambes de feux, et leurs caviars alimentent la sensation de cette saison : Pierre-Emerick Aubameyang. Le mec était déjà une fusée et ridiculisait pas mal d’athlètes au 100 mètres, certes, mais techniquement quand il s’agissait de battre Grégorini, il avait parfois du mal. Explosion à Sainté, confirmation en relativement peu de temps au final (seule sa première saison fut moyenne).

Mais aujourd’hui, la finition du gabonais est irréprochable. Avec 22 buts en 25 matchs de Bundesliga, il est véritablement entré dans le groupes des meilleurs attaquants européens. Une offre de près de 100 millions d’euros du Real serait déjà dans les cordes. Tiens donc… Doit-on rappeler qu’acheter des joueurs au profil assez similaires à Ronaldo à des prix exorbitants ne porte pas toujours ses fruits, Florentino ? Balmont pour 30 Millions ? Pourquoi pas !

Ce trident offensif est donc ultra-complémentaire : il s’intègre parfaitement dans le jeu prôné par Tuchel : Aubameyang a progressé dans ses appels en profondeur et fait désormais très très mal dans ce secteur, Mkhitaryan est dans sa bonne saison (tu les connais les joueurs « une saison sur deux » : Bedimo ou Marvin Martin. Ah non, pardon, il existe aussi des joueurs « une saison sur huit »), et Reus est redevenu le petit génie technique, quand il n’est pas blessé.

Un éternel deuxième ?

On le sait déjà, Aubameyang va partir en juin et va laisser un vide derrière. Certains autres éléments comme Gündogan ou Reus semblent proches de la sortie, mais Dortmund a toujours cette étonnante capacité à combler les vides laissés par des joueurs transférés. On ne s’inquiète donc pas pour eux ( Barrios → Lewandowski → Aubameyang –> ? ). L’exemple a aussi montré que Dortmund a besoin de beaucoup recruter dans les espoirs de Bundesliga ou d’ailleurs pour s’assurer de tenir tête au gros et les échecs ne manquent pas : Immobile, Bittencourt, Ramos…

Le club de la Ruhr a aussi une belle carte à jouer en Europa League ; l’équipe semble au-dessus et pourrait aller au bout. N’en déplaise à Bordeaux par exemple, il est effectivement possible d’aligner des titulaires dans cette compétition ! Le règlement l’autorise !

La question, dans le futur, repose aussi sur le Bayern Münich. Le club bavarois va connaître la fin de la période Guardiola que l’on pourrait finalement considérer comme mitigée. En tous cas, le club tourne parfaitement bien, est un des favoris à la CL chaque année et continuera longtemps à attirer de grands joueurs, car le club dispose de moyens. A côté, le BVB fait presque figure de petit poucet malgré son budget qui ferait pâlir certains clubs de L1. Le club de la Ruhr ne possède pas ou peu de « top players », ou les laisse partir beaucoup trop vite. Il faudra trouver des remplaçants aux partants à des prix raisonnables. Un achat au dessus de 20 millions est rare au BVB.

Au delà de ça, mis à part Lewandowski, on constate même que les grands espoirs du Signal Iduna Park ont beaucoup de mal à s’exporter : Kagawa à United → retour à la maison. Sahin au Real → retour à la maison. Götze au Bayern → on ne peut pas parler de réussite. Quid des prochains ? Et faut-il y voir une difficulté de passer d’un grand club à un top club ?

D’où la question de perpétuel deuxième. Dortmund doit déjà revenir en ligue des champions, qui est essentiel à sa progression. Mais le club a parfois des allures de Porto d’un grand championnat, achetant des espoirs, faisant des parcours corrects en ligue des champions et revendant ses pépites au top 5 européen. Enfin, parcours correct, n’exagérons rien. C’est quand même un enfoiré de calvitié de 30 ans qui a brisé en finale les rêves des hommes de Klopp en 2014.

A Dortmund de nous faire mentir, en évitant de ronronner tranquillement et en donnant au club les moyens (financiers et donc sportifs) d’attirer des top players et de continuer à faire vibrer le mur jaune, autrement qu’avec Perisic ou Jan Koller.

Parce que ce club, franchement, qui le déteste ?

Croc&forme |
JeremSport |
pronocloque |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lesgazellespompignacaises
| Edgar, le gamin qui roule
| Elevage Arbor